LE MODÈLE NOIR, DE L’ANTIQUITÉ À AUJOURD’HUI.

Larry Rivers (1923-2002), I like Olympia in black face, 1970. Huile sur bois, toiles plastifiée, plastique et plexiglas © Sophie Payen

 

CONFÉRENCE – JEUDI 16 MAI 2019

(Conférence en écho à l’exposition « Le modèle noir, de Géricault à Matisse » du musée d’Orsay) 

Madeleine, Laure, Joseph… Que savons-nous de ces femmes et ces hommes, noirs, qui ont posé pour les artistes au fil des siècles ? Quels ont été leurs rapports ? Les artistes avaient-ils de la sympathie ou de l’indifférence pour eux ?
La plupart de ces modèles restent anonymes, les titres des œuvres les désignant comme « mulâtresse », « indigène », « nègre ». Mais des recherches récentes ont permis de retrouver des prénoms et parfois le nom et l’histoire de certains d’entre eux.

La place de la figure noire est restée marginale durant de longs siècles, bien que présente dans la production artistique depuis l’Antiquité. Des thèmes iconographiques récurrents apparaissent au Moyen-Âge, tel le chevalier saint Maurice et le roi mage Balthazar. Cependant, la figure noire a souvent été associée à une iconographie à connotations péjoratives : le sauvage, l’esclave, le bourreau, le domestique, l’ignorant. Et même si à partir du 18e siècle, les représentations sont plus dignes, il faut attendre le début du 20e siècle pour que la présence de femmes et d’hommes noirs soit synonyme de renouveau.

Lieu : Écopia, 9 place Rouget-de-l’Isle à Tours. 

Tarifs : 8€ / étudiant : 6€.