Marchands d’art et artistes sous l’occupation.

CONFÉRENCE – JEUDI 15 JUIN.

De 1939 à 1945, personne n’échappe aux troubles de la guerre et la culture est un élément décisif de la stratégie de domination allemande. La vie artistique continue, les expositions attirent du monde, le marché de l’art est florissant. Les Allemands veulent prouver la supériorité du rayonnement culturel germanique ; la corporation des peintres et sculpteurs est invitée à visiter l’Allemagne, et les sculptures de l’artiste allemand Breker sont exposées à l’Orangerie des Tuileries. C’est l’exclusion des artistes juifs et l’exil des modernes. Le pillage des œuvres d’art constitue également l’un des aspects des persécutions. Hormis les musées, les nazis se sont attaqués à trois types de collections : celles appartenant à des juifs, des francs-maçons et des opposants politiques. À la fin de la guerre, plus de 60 000 œuvres d’art ont été spoliées ou fait l’objet d’un commerce illégal sur le marché de l’art.

En écho à l’exposition du musée Maillol « 21 rue de la Boétie ».

OZ’Art Galerie, 7 rue des bons enfants à Tours – 18h30 – Tarif : 8€.